Now Playing Tracks

Lecture de “Le But” de Eliyahu M. Goldraat & J. Cox

Ce livre est un roman qui rend accessible la théorie des contraintes.

Au début, on s’interroge sur le but d’une entreprise : faire de l’argent. Et cela se mesurerait selon trois indicateurs : le bénéfice net, un ratio entre le bénéfice et l’investissement, et la trésorerie.

Mais aucun de ces indicateurs ne s’implémentent facilement dans la vie quotidienne d’une société industrielle. Alors que notre personnage principal s’interroge, il décide de recontacter une ancienne connaissance qui le guide et lui donne trois indicateurs plus concrets :

- le throughput : mesure du flux entrant issu des ventes

- le stock : ensemble des investissements de matière pour produire le produit vendu

- les coûts de fonctionnement : tout l’argent qu’il faut injecter pour faire tourner la machine

(à suivre)

Brené Brown : Le pouvoir de la vulnérabilité

Qu’est-ce à dire ? La vulnérabilité, berceau de tous les dangers, serait un pouvoir ? Selon Brené Brown oui, et un très puissant. Ce n’est pas tant la vulnérabilité qui est un pouvoir plutôt que le fait de l’accepter et de savoir la montrer. Ecoutez ce talk de Brené pour embrasser sa démonstration.

Voici quelques morceaux choisies :

—-

" The people who have a strong sense of love and belonging believe they’re worthy of love and belonging. That’s it"

—-

" Courage, the original definition of courage when it first came into the English language — it’s from the Latin word cor, meaning heart — and the original definition was to tell the story of who you are with your whole heart."

—-

" And the last was they had connection, and - this was the hard part - as a result of authenticity, they were willing to let go of who they thought they should be in order to be who they were, which you have to absolutely do that for connection."

—-

" This is what politics looks like today. There’s no discourse anymore. There’s no conversation. There’s just blame. You know how blame is described in the research? A way to discharge pain and discomfort."

—-

"And the last, which I think is probably the most important, is to believe that we’re enough. Because when we work from a place I believe that says, “I’m enough,” then we stop screaming and start listening, we’re kinder and gentler to the people around us, and we’re kinder and gentler to ourselves.”

(Source : ted.com)

Nathan Stern - Comment progresser dans la lutte contre la violence

Comment se fait-il que nous fassions autant de progrès technologiques et aucun sur nos instincts violents ?

Partant de cette question, Nathan s’intéresse aux conditions d’amorçage de l’innovation. Qu’est ce qui fait qu’une innovation, la graine qui sera à l’origine d’un progrès, naisse ?

Après avoir chercher des réponses à cette question dans le monde de la recherche fondamentale (lutte contre le cancer, loi de moore), Nathan a trouvé que…

Quatre conditions doivent être réunies pour que la “lumière de l’innovation s’allume” : la FOI, le GOUT DE L’OBSERVATION, l’EXPERIMENTATION et l’ARGENT.

la FOI, c’est à dire la confiance absolue que c’est possible : Relativement à la violence nous sommes fatalistes et nous pensons même parfois que la violence est nécessaire. Pour développer la foi il suffirait de démontrer que l’on peut se passer de la violence.

le GOUT DE L’OBSERVATION : Relativement à la violence, on préfère ne pas regarder. Nous sommes dans un dénis de la réalité. On peut essayer de se mettre dans une démarche de recherche en pensant que ce que nous voyons va nous apporter la solution.

l’EXPERIMENTATION : Dans le champs de la violence nous n’essayons pas grand chose. On s’adosse à des principes moraux comme “ne fait pas à autrui ce que tu ne voudrais pas qu’il te fasse”*.

l’ARGENT : Imaginons que dans le monde de la santé, on décrète que les médecins n’ont pas besoin d’être payés parce que leur passion justifie leur activité…

Quand on est dans le social, ou dans l’humanitaire, il faudrait vivre de dons, il faudrait être bénévole. Il y a une terrible confusion entre non-lucrativité et valeur sociale. On se retrouve dans une logique de promotion de l’héroïsme, dans une culture narcissique de sacrifice et pendant ce temps là les besoins ne sont pas comblés.

Heureusement il y a des raisons d’être optimiste car nous constatons une grande poussée de l’empathie, nous sommes connectés, et se développe une culture de la coopération.

En face de ces 4 conditions de l’innovation, on peut conclure qu’il n’est pas utile de changer complètement de paradigme pour changer les choses, ou de modifier la conscience humaine, de changer de régime économique, d’abolir le capitalisme etc..

On a juste besoin que certaines idées se propagent (la foi, le goût de l’observation, l’expérimentation) et également d’éviter de criminaliser l’engagement lucratif.

PS

*tiens au fait et pourquoi ne pas demander.. ? “ne fait pas à autrui ce qu’il n’a pas envie que tu lui fasses” serait plus adéquat. voir à 12’25 pour le développement.

Les chiffres du TEDxTalk de Arnaud Poissonnier

Les exigences des fonds d’investissement :

En 2005, les fonds d’investissement cherchent un retour d’investissement sur 4 ans, leur mise doit donc rapporter 25% par an.

7 ans plus tard, en 2012, les fonds d’investissement demandent un retour d’investissement sur 3 ans soit 33% par an.

_________________

Sur l’ensemble de la population mondiale 80% n’ont pas accès à la banque, 90% n’ont pas accès au crédit.

En france, 15% de la population veulent créer une entreprise, dans les bidonvilles c’est 50% parce qu’ils n’ont pas le choix.

En trente ans 65 Milliards $ accordés au microcrédit par 10000 institutions de microfinance.

Tous les ans 100 Milliards $ est le montant des aides au développement accordés aux pays en difficulté

75% des micro-entrepreneurs sont des femmes

KIVA.org : 1,3 millions de membres, 800 000 entrepreneurs

Aujourd’hui 30 plateformes de microcrédit P2P (dont Babyloan) fédèrent 800 000 internautes prêteurs avec des prêts de 200€ en moyenne.

Encours mondial du microcrédit en p2p est de 160 Millions de $ soit 0,25% de l’encours des institutions de Microcrédit.

Les plateformes de micro-crédit P2P double de taille tous les 15 à 18 mois.

_________________

Et la j’extrapole : Cela ferait 32% du volume de microcrédit accordé dans 9 ans environ soit un volume de 20,4 Milliard de $ de volume de micro crédit en P2P.

_________________
Babyloan c’est (avril 2011)

10 000 Babylonniens
1 680 000 euros de prêts solidaires
5 374 projets de micro-entrepreneurs
10 pays d’action

Les chiffres du TEDxTalk de Stéphanie Boulay

10 à 15 % des flux financiers mondiaux proviennent du blanchiment d’argent.

La crise de 2008, dont l’origine est la recherche de profits court terme a produit :

800 B$ d’actifs toxiques

2800 B$ d’emprunts que les états ont du souscrire pour sauver le système financier.

30 000 B$ ou 50 000 B$ d’évaporisation de capitalisation boursière.

C’est 3,5 millions de familles sans toit aux USA et 600 000 emplois détruits.

"Si on devait répondre aux besoins fondamentaux de survie des humains sur cette planète on aurait besoin de :"

- 3 B$ pour traiter tous les cas de malnutrition sévère aigüe

- 30 B$ par an pour éradiquer la faim

- 200 B$ d’investissement pour permettre l’accès à l’eau potable

Alors que l’économie mondiale est en train de repartir, Georges Mulgan pose une question: plutôt que de cautionner et subventionner de vieilles industries sinistrées, pourquoi n’investit-on pas dans des entreprises nouvelles socialement responsables, pour créer un monde un peu meilleur?

(Source : ted.com)

We make Tumblr themes